Publié le
8 avril 2024

La municipalité de Yalaguina, au Nicaragua, est nichée au cœur du corridor sec de l’Amérique centrale, une région qui connaît une saison sèche prolongée et une saison courte de pluies. Cette réalité climatique rend les habitants de cette région particulièrement vulnérables aux effets des changements climatiques. Avec plus de 11 000 personnes, dont 81% vivent en milieu rural, la majorité de la population dépend de l’agriculture de subsistance pour sa survie, faisant de la sécurité alimentaire un enjeu crucial. Les périodes de sécheresse de plus en plus longues ont un impact significatif sur ces pratiques agricoles traditionnelles.

Face à cette situation critique, l’Instituto de promoción humana (Institut de promotion humaine) de Somoto, en collaboration avec l’organisme Carrefour de solidarité internationale, a développé un programme de jardins familiaux bio-intensifs.



Instituto de promoción humana

Cette institution est basée à Somoto au Nicaragua a été fondée en 1990. Elle a pour mission de promouvoir le développement humain des familles et des communautés, en faisant d’elles les actrices et acteurs principaux de l’amélioration de leurs conditions de vie. Leur démarche repose sur des processus éducatifs visant à garantir les droits humains, renforçant ainsi les fondations d’une société plus équitable et inclusive.


Les jardins familiaux, de plus de 30 mètres carrés dans certains cas, sont disposés autour des résidences des participants. Cette méthode de culture novatrice repose sur des pratiques respectueuses de l’environnement visant à maximiser la production alimentaire sur de petites surfaces. Ces jardins constituent un complément essentiel au régime alimentaire quotidien des familles, améliorant leur santé et leur bien-être tout en renforçant la sécurité alimentaire à long terme.

Ce programme innovateur a pu être élargi à 100 familles dans 7 communautés, grâce à un financement à hauteur de 22 091 $ de la Fondation Roncalli.

 

 

 



En plus de fournir le matériel nécessaire, soit des fourches, des outils de jardinage, des pelles et des paquets de semences de jardinage bio-intensif (maïs, chia, carottes, yucca, etc.), le projet a financé une série de formations, y compris des ateliers sur la nutrition et l’alimentation saine, dans lesquels ont été utilisés des herbes et des légumes provenant des jardins. Les participants ont également été accompagnés par l’équipe technique de l’institut pour assurer la bonne application des méthodes et l’optimisation des résultats de l’agriculture biologique intensive.



Ce projet est un exemple concret de la manière dont des initiatives locales peuvent apporter des solutions efficaces aux défis environnementaux et sociaux. Les pratiques agricoles bio-intensives offrent une lueur d’espoir pour les communautés vulnérables de Yalaguina, en les aidant à faire face aux conséquences des changements climatiques tout en améliorant leur qualité de vie.

Les participants goûteront bientôt à leurs récoltes, qui continueront à porter fruit pour les années à venir.

Articles récents

Les épiceries coopératives au Honduras : lutter contre la...

24 Mai 2024
- Dans les rues de Tegucigalpa, la capitale hondurienne, résonnent les défis brûlants d'une ville...

Opportunité de carrière

14 Mai 2024
- Faites partie de notre équipe pour créer un monde plus humain! La Fondation...